Racisme : définition politique

Je pensais avoir suffisamment exprimé ce qu’était le racisme, tel que je le considère. Au vu de certaines questions qui m’ont été posées, et de certaines interpellations, je vois qu’il n’en est rien.

Il est vrai que j’en ai donné un aperçu ici et ici, mais je pense qu’il faut essayer d’expliquer pourquoi il est pertinent de  décorreler ce que j’appelle racisme et ce que le commun – étant souvent des dominants – appelle racisme.

La définition du mot racisme fait toujours débat. De nombreux éléments peuvent être apportés, au cours de celui-ci (certains même intéressants), mais parler de la définition du racisme, c’est un peu comme batailler avec le mot « privilège » : une bataille du sémantique qui distrait des problématiques de l’on veut – ou non – aborder. Néanmoins, je vais accepter de jouer à ce jeu pour une dernière fois.

Rappelons d’abord les trois définitions les plus courantes pour le mot racisme :

  1. Idéologie de hiérarchisation des races 
  2. Discrimination sur le critère de la race (sous-entendue injuste)
  3. Attitude d’hostilité systématique envers certaines catégories

Pour quelques recherches rapides Google, on voit que le Larousse se rapproche de la définition 1 (et fournit aussi un dialogue intéressant sur l’incertitude de la définition), tandis que le wiktionnaire de Wikipédia nous donne pêle-mêle une première définition qui serait plutôt celle de racialisme, une seconde qui se rapproche de notre définition 1, une troisième se rapprochant de notre seconde, et la dernière synonyme de notre dernière.

On peut voir alors que parler de racisme, comme ça, hors de tout contexte, ça ne veut rien dire en fait. Avec ces trois définitions, selon sur laquelle on se base, on peut parler de l’apartheid, comme de quelques blancs de banlieue qui sont rejetés de par leur couleur, ou encore de discrimination envers les gros qu’on qualifiera alors de « racisme antigros ». Quelles similitudes dans ces situations, au niveau des causes et des conséquences? Rien à voir en fait : des mécanismes différents, des histoires différentes, des contextes différents.

C’est pourquoi à un niveau politique, il est nécessaire de mettre en avant une définition plutôt que les autres, et d’expliciter en quoi elle se réflète dans notre contexte par des sous-définitions. Et la définition que je mets en avant est la première *Vous vous en doutiez ;)*.

Mais essayons de justifier pourquoi les autres sont insuffisantes, voire permettent juste de se détourner des problèmes des minorités.

La troisième définition est pour moi à barrer de manière sûre, car elle englobe tout et n’importe quoi. Horreur des clowns, disons? Votre attitude est raciste. Horreur des femmes? Ah, vous êtes raciste…Mais tiens, il y aurait pas déjà un mot pour ça? Donc les discriminations envers les femmes se noient dans le racisme? On peut voir là que cette définition est problématique, car trop englobante. Si on la choisit, le phénomène spécifique des discriminations raciales est englobée dans une définition non pertinente de « Discrimination injuste ».

La seconde définition est déjà plus intéressante en soi. Il s’agit de parler de « discriminations raciales ». Avec cette définition, on parle surtout de discriminations sur le critère de la couleur de peau et de l’apparence raciale (qui renvoient à un certain imaginaire). Déjà, elle sous-entend quasiment toujours que discrimination est négative, ce qui est faux *même si le mot est aujourd’hui connoté péjorativement*. Certaines discriminations sur le critère de la « race » ne sont pas injustes en soi : si j’achète une crème pour peaux noires, je n’ai pas l’impression d’être spécialement stigmatisée, bien qu’il y a eu discriminant sur un des aspects de ma race. Mais plus gênant encore, de la même façon qu’avec la définition précédente, il permet d’englober des choses qui n’ont ni les mêmes causes directes, ni les mêmes effets : c’est le fameux débat sur le « racisme antiblanc » (voir aussi ici).

Cette définition permet de complètement masquer qu’il y a des dominés et des  dominants. Le racisme est réduit à « discriminations raciales », donc vu que tout le monde peut en faire, c’est une question d’individu, et ainsi, pas besoin de plus d’analyses. On dit « Bouh, c’est pas bien! » et on peut passer à autre chose. D’ailleurs, on peut voir la même chose avec le sexisme : tout le monde est sexiste, donc bon, question d’individu. C’est une définition qui permet de faire fi du contexte.

Ainsi, en mon sens, la définition 1 – l’idéologie de la hiérarchisation des races – est la seule qui mérite d’être conservée : elle permet justement de restituer cette idée de domination, manquante aux autres. Le racisme est donc une idéologie qui prône la suprématie d’une ou certaines races, et ainsi en découlent certains comportements, notamment des discriminations raciales. Une autre manière courte bien qu’imparfaite de synthétiser, c’est de dire que  racisme est égal à discrimination raciale PLUS pouvoir.

Quand on pense à l’histoire du racisme, on pense Shoah, on pense colonisation, on pense esclavage et traite négrière, on pense apartheid, des actes où l’idéologie derrière, qui permet de les justifier, est bien d’abord la volonté de domination et de hiérarchie des races.

Ainsi, on peut voir comment réduire ça à une simple « discrimination sur la race » relève d’un certain mépris de l’histoire. Au vu du contexte français actuel, comment peut-on justifier alors un racisme « antiblanc »? Quels actes et/ou propos permettent dans les faits de participer à reléguer les blancs dans une catégorie subalterne? Ah oui, aucun. Ne reparlons même pas de la dernière définition qui permet juste de noyer le poisson plus profondément…

Comme il y a difficilement accord sur la définition du racisme, on peut donc dire que définir le racisme selon l’une ou l’autre de ces définitions relève du choix idéologique, choix qui ne peut se décorreler de la façon d’analyser le racisme par la suite. Choisir la dernière définition, c’est refuser de reconnaître déjà la spécificité des discriminations injustes sur la construction qu’est la race. Choisir la seconde définition, c’est refuser de vouloir parler de hiérarchie ou de domination que peuvent induire certaines discriminations raciales et refuser de vouloir intégrer le contexte à celles-ci.

Souvent, le débat s’éternise entre la 1ère définition et la seconde. Je vais vous proposer deux schémas pour résumer la situation actuelle, le premier étant issue du lien anglais ci-dessous, le second plus pédagogique proposé par mes soins.

image_lien_racisme Fond_racisme_3

Les 2 schémas permettent d’illustrer une chose : la vision des choses des blancs est tronquée. Formulée autrement, en tant que blanc, vous ne verrez que la partie émergée de l’iceberg. Si vous êtes blanc, vous aurez tendance à nier cette représentation des faits, mais au final, on peut se rendre compte que seule la première définition du mot racisme permet  d’arrêter d’amalgamer arbitrairement préjugés raciaux, discriminations raciales, voire xénophobie, avec racisme qui s’exprime alors, dans notre contexte, en tant que suprématisme blanc : le système, l’idéologie globale, qui permet aux travers des lois, des médias, ou encore des normes culturelles de maintenir les non-blancs dans des catégories subalternes.

Pour aller plus loin :

[FR] http://bougnoulosophe.blogspot.fr/2012/11/les-discriminations-racistes-une-arme.html

[EN] http://riseresistandrevolt.wordpress.com/2013/05/25/understanding-white-privilege-and-our-mental-colonisation-british-fascism-revived-in-woolwich/ (Traduction à venir)

33 thoughts on “Racisme : définition politique

    • C’est vrai que la phrase est très mal formulée XD Je voulais traduire plutôt l’effet d’un sentiment de supériorité qu’on se sent légitime à ressentir (Notion d’entitlement en anglais).

  1. Ping: Outils numérique/Tuto | Pearltrees

  2. Ping: Même chose, même combat ? | T-Punch Insurrectionnel

  3. Ping: La décence, chèr-e-s blanch-e-s...(partie finale) | L'Écho des Sorcières

  4. Ping: Racisme | Pearltrees

  5. Ping: Les gens et le racisme, un problème d’égo | Ms. DreydFul

  6. Ping: Ucobs (ucobs56) | Pearltrees

  7. Ping: Luttes | Pearltrees

  8. Ping: La dépolitisation du racisme » Crêpe Georgette

  9. Ping: Anti-racisme | Pearltrees

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s