Oppression 101 ou le parfait langage imbitable du militant!

La classe 101, c’est le niveau débutant dans le système scolaire anglo-saxon. Et si vous lisez la blogosphère anglaise sur les questions d’oppression (racisme, sexisme, homophobie, etc…), vous finirez par lire quelqu’un d’excédé qui vous dira que ce n’est pas la classe 101 ici!

Sauf que souvent cette classe 101, on sait même pas où la trouver! On débarque avec nos gros sabots sur un site féministe/antiraciste/LGBTQIA, par la magie des Internets, et on commence à dire des grosses boulettes, et on se prend plein de retours, qu’en parfait noobz n’ayant jamais réfléchi à ses questions (des points bonus si vous êtes un homme blanc cis hétéro de milieu aisé), qu’on ne comprend pas.

Donc, voilà un article de base qui reprendra les grandes lignes de la nature de différentes oppressions, ainsi que des mots-clés communs à toutes les oppressions. Prêt-e à prendre une pillule rouge?

Il faut savoir que les analyses courantes décrivent les systèmes d’oppressions comme des systèmes où une classe de personnes exercent une domination sur une autre, cette oppression attribuant donc des privilèges à la classe dominante.

Il existe donc diverses oppressions avec souvent des mécanismes similaires, mais toutefois bien différents :

  • Racisme : Système d’oppression dans lequel ce qui a trait au blanc/à l’occidental est supérieur.  [Mots-clés : suprématisme blanc, privilège blanc, whitesplainning, couleur de peau, personne racisée, passing]
  • Sexisme :  Système d’oppression dans lequel ce qui a trait au masculin/à l’homme est supérieur.  [Mots-clés : patriarcat, privilège masculin, mansplainning, sexe, genre]
  • Homophobie : Système d’oppression dans lequel ce qui a trait à l’hétérosexualité est supérieur.  [Mots-clés : Hétérosexisme, privilège héterosexuel, lesbophobie, biphobie, LGBT/LGBTQIA (= LesbienneGayBiTransQueerIntersexeAsexuel), TPG (= TransPédéGuoine)]
  • Classisme : Système d’oppression dans lequel la classe capitaliste/bourgeoise sont les dominants.  [Mots-clés : lutte des classes, privilège de classe, bourgeoisie, prolétariat]
  • Transphobie : Système d’oppression dans lequel ce qui a trait aux non-trans* (= cis)(1) est supérieur.  [Mots-clés : cissexisme, privilège cis, personnes trans*, afab/amab, sexe, genre]
  • Validisme :  Système d’oppression dans lequel les personnes valides sont les dominants.  [Mots-clés : handicap, maladie physique/mentale]
  • Agisme :  Système d’oppression dans lequel les adultes d’une certaine tranche d’âge (2) sont les dominants.

Je suis volontairement peu loquace sur l’explication de ces oppressions – dont les définitions données ici sont politiques, car si vous prenez la classe 101, c’est vos devoirs de rechercher à en savoir un peu plus sur chacune des discriminations injustes qu’elles représentent. Une fois, ce travail fait, vous vous rendrez compte que certains termes reviennent dans les discours d’explications de ces oppressions.

Ainsi, voici quelques mots redondants mais importants :

  • Privilège :  Avantage réservé à une catégorie de personnes, en dépit d’autres. Le privilège est quelque chose d’hérité en fonction de la perception de l’identité d’autrui. On parlera donc de privilège masculin, de privilège blanc, etc… Les personnes privilégiés ont notamment le privilège de ne pas voir l’oppression dans laquelle elles ont un rôle dominant. Ainsi, leur réalité face à celle-ci est souvent flouée : c’est pourquoi une personne dominée pourra rappeler à la personne d’examiner son privilège(3), quand celle-ci agit en tant que dominant. Plus sur le privilège? Ici.
  • Splaining : Terme anglais faisant référence aux explications condescendantes de personnes privilégiées aux personnes dominées, sur la réalité de leur oppression. C’est un riche expliquant à un pauvre comment ça lui serait si facile de prendre des vacances à l’étranger, et que s’il n’y arrive pas, c’est qu’il n’y met pas du sien. C’est un homme qui dirait à une femme qu’elle fait un flan sur les effets secondaires de sa pillule contraceptive (alors qu’il n’a pas à la prendre), etc…Pour le sexisme, on parlera de mansplainning, pour le racisme, de whitesplainning, etc…
  • Bingo : Jeu désuet consistant à couvrir complètement une grille de 5×5 comportant des numéros pour gagner (les numéros étant piochés au hasard dans un pot), celui-ci a été re-customisé pour parler des questions d’oppressions…Si une personne dit que vous remplissez son bingo, quand vous êtes en train de parler d’une oppression, c’est que vous dites des conneries classiques qui sont oppressantes – qui constituent les cases à cocher sur le bingo. Sachez alors que vous ne dites absolument rien de novateur…
  • Call-out (ou « dénonciation ») : Terme anglais référant à la dénonciation de l’oppression. Il est utilisé lorsqu’on parle simplement du fait de critiquer/dénoncer un propos/acte oppressif.
  •  Tears (ou « les pleurs du dominant ») : Terme anglais référant littéralement aux « pleurs du dominant » dans notre contexte. On dit de quelqu’un qui fait/a des « tears », quand il préfère jouer à la victime et/ou se déresponsabiliser en se trouvant des excuses, quand on dénonce un propos/acte oppressant, commis  par lui-même. Si vous êtes tentés d’expliquer à un opprimé qu’il est trop méchant de vous faire remarquer votre oppression, parce que vous l’avez même pas fait exprès, et que d’abord vous n’êtes même pas raciste/sexiste/homophobe/etc…Ouaip, vous êtes en plein dedans.

Ces mots permettent en fait de généraliser des discussions/comportements fréquents, d’où leur redondance dans le langage militant. Vous ne serez plus alors éberlués face à ces mots! *Yeepee!*

Je terminerais cette classe avec le mot Intersectionnalitéqui est l’outil pour pouvoir analyser les oppressions que peuvent subir un individu (du fait de son identité plurielle), sous un angle le plus complet possible. Etre intersectionnel, c’est tout simplement considérer qu’une femme pauvre, et une femme bourgeoise, n’expérimentent pas forcément le sexisme de la même manière, même si elles y sont toutes les deux soumises de par leur condition de femme. On appelle kiriarchie (lien Wiki EN, sorry) le système social d’oppression global qui résulte de la composante des différentes oppressions spécifiques.

Avec ces derniers mots, on comprend qu’il est difficile d’observer et analyser chacune des précédentes oppressions nommées, sans faire de relation avec d’autres. Ce n’est donc que le début, jeune pandawan!

Je conseille aussi l’excellent blog (en anglais aussi) Finally, A Feminism 101 Blog , qui regroupe différentes FAQs, répondant aux questions de base.

EDIT 01/07/2014 : Pour ceux qui lisent l’anglais, je recommande aussi ce lien avec des basiques sur tous les sujets.

Notes:

(1) La réalité des personnes trans* est encore assez méconnue dans notre société, et donc la transphobie est encore une oppression peu visible pour les non-trans. Pour en savoir plus, je conseille les blogs de Koala et du Nègre Inverti dans ma blogroll.

(2) L’âgisme est la discrimination sur le critère de l’âge, mais en mon sens, il est difficile d’observer une classe dominante pour cette oppression, car il y a plusieurs types d’âgismes : celui touchant enfants et adolescents, et celui touchant les « vieux » (« Jeunisme »). En dehors de ces deux pôles, il semblerait qu’on ne subisse pas de discriminations particulières dues à l’âge, mais cette catégorie semble trouble…

(3) Il s’agit de la fameuse phrase « Check your privilege! ». L’un des propres de cette injonction est une invitation à la remise en question pour le dominant. On essaye d’amener celui-ci à relativiser sa position, au lieu de la considérer neutre ou universelle, alors qu’elle s’insère dans une dynamique de pouvoir.

Advertisements

18 thoughts on “Oppression 101 ou le parfait langage imbitable du militant!

  1. Ping : #FRANCE Une femme handicapée a été agressée hier, c’est une fille de 12 ans qui est venue à son secours. | Parlons des femmes noires.

  2. Ping : Vi'rginie Assal (viephemere) | Pearltrees

  3. non mais ça sert à rien de créer une atmosphère d’initié-e-s, de se trouver des signes de reconnaissance, de créer un milieu, de faire monter en puissance les rapports internes internes, pour qu’au final n’importequel zigoto-t-e puisse être à la page en 3 clics !!! C’est n’importequoi t’as rien compris au féminisme.

    et voilà…. merde j’utilise mon privilège de sarcastique….. fait chier!

    (en scred ce commentaire est pas forcément très simpat: je suis opé si tu le supprime, mais il exprimme une certaine vision que j’ai sur ce sujet … alors je commente c’est fait pour ça après tout.)

  4. Ping : Fondamentaux | Pearltrees

  5. Ping : Le Whitesplainning, cette condescendance particulière… | Ms. DreydFul

  6. Ping : Femmes blanches et privilège blanc : leur dire NON | Ms. DreydFul

  7. J’adore cet article ! Et je vais le garder dans le coin quand je rencontre des personnes non informé-es (les pauvres).
    J’aurai bien rajoutée le monosexisme, qui est l’oppression des monosexualités (hétéro/homo) sur les bi/pan/omni (en gros les personnes attirées par leur genre et les autres genres) cf : http://radicalbi.wordpress.com/2013/05/21/a-brief-history-of-the-term-monosexuality/ .
    Il y a une différence entre biphobie et le monosexisme car le monosexisme permet de discuter d’un système dans son ensemble  » Monosexism, as I see it, refers to the structural privileging of monosexual identities and behaviours. » http://radicalbi.wordpress.com/2013/02/08/the-difference-between-monosexism-and-biphobia/ .

    Concernant l’âgisme, une reflexion qui me vient est le traitement des femmes enceintes qui sont traitées exactement comme des enfants (elles ne savent pas, on ne peux pas les croire …) .

    • Merci beaucoup de ton ajout, Audrey! Je ne connaissais pas le terme de monosexisme (comme on en parlait sur Twitter), et je pense que tu as en effet raison de noter cette notion clé, plus englobante que la biphobie.
      Donc encore merci d’ajouter à cet intro 🙂

  8. Ping : Alliance : concept important et inutile à la fois | Ms. DreydFul

  9. Ping : Racisme | Pearltrees

  10. Cet article est super clair, et si les gens veulent vraiment réfléchir aux rapports de dominations…ils ont de bonnes clefs de départ avec ce que tu as écrit !

    Maintenant, c’est vrai que comme toi, je suis assez perdu concernant l’âgisme. Puisque, ce qui me permet de parler de « rapports de dominations », c’est le fait de considérer qu’il y a des privilégiés et des lésés, dans un rapport précis (et comme tu le disais, aucun rapport n’existe en dehors d’un autre ; sexisme, racisme etc…)

    Or, sachant que l’âge évolue pour tout le monde (sauf si on meurt avant), c’est compliqué pour moi de penser des « classes d’âges », même si le plus évident reste le rapport adultes/enfants. Quoique là encore ça reste flou, dans la mesure où l’enfant est de fait dépendant des personnes qui s’occupent de lui. Donc ça diffère par exemple du paternalisme racial ou de fait, un non blanc n’a pas besoin du blanc pour lui expliquer ce qu’est la civilisation, mais c’est le colonialisme qui a institué ce rapport. Mais pr les gosses, c’est compliqué. Un petit bout d’humain d’un jour, ben faudra le nourrir, le soigner, etc…donc il est d’emblée « entre les mains » des plus grands…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s