Détourner La Conversation Pour Les Nuls : Représailles

Pour aujourd’hui, j’ai des envies de traduction et je vous traduis ici le détail des arguments de Détournement De Conversations qui font appel à faire des représailles. Vous pouvez voir la version originale, et vous retrouverez donc ici les arguments suivants :

Let’s derail, once again 🙂

N’as Tu Pas Des Choses Plus Importantes Auxquelles Penser? (VO: Don’t You Have More Important Issues To Think About)

Quand tu commences à te sentir coincé, tu pourrais faire pire que sortir cet argument là. Comme les meilleures de toutes ces techniques, celui-ci est efficace à plusieurs niveaux. Tout d’abord, cela transmet à la personne marginalisée le sentiment que tu penses que le débat dans son entièreté est trivial et mérite peu de considération, ce qui indique que tu ignores entièrement ses sentiments et émotions. Dans un second temps, tu désengages toute responsabilité de ta part sur ta prise de parole dans le débat, et sur n’importe quel propos qui pourrait être discriminatoire ou offensant. Enfin, renforce ton privilège en suggérant que c’est le travail des Personnes Privilégiées® d’organiser le programme du groupe marginalisé. Après tout, comment pourraient-ils savoir lesquels de leurs problèmes seraient à prioriser? Ils sont bien trop inférieurs et stupides! De l’autre côté, Toi, et ta perspective privilégiée objective et rationnelle, sait exactement ce qui est le plus important et ce n’est surement pas te mettre face à ta bigoterie et ton ignorance!

Ton Expérience Ne Représente Pas Tout Un Chacun (VO: Your Experience Is Not Representative Of Everyone)

Bien sûr, les arguments de type « homme de paille »(1) sont essentiels à tout détournement de conversation efficace. Il est très important de rendre insignifiante l’expérience des personnes marginalisées chaque fois que l’occasion se présente. Mis à part le fait que ce soit simplement totalement blessant et dégradant, ça les force à prendre une position de défense constamment.

Si une personne marginalisée te délivre un témoignage personnel de son oppression, tu dois immédiatement assumer qu’elle parle pour le groupe entier et rapidement pointer du doigt que c’est mal d’agir ainsi. C’est une tactique de diversion, créée afin qu’elle dénie ton accusation et qu’elle oublie d’avancer son argument initial. Tu découvriras que souligner qu’ils ne sont pas tous les mêmes est quelque chose de très important pour les personnes marginalisées. C’est parce que les Personnes Privilégiées® ont eu l’habitude de les mettre toutes dans le même sac, les traitant comme un super gros bloc monolithique de personnes qui se ressemblent toutes, agissent de la même façon, pensent de la même façon, parlent de la même façon, s’habillent de la même façon, mangent de la même façon, ressentent de la même façon – bref, tu comprends l’idée. Et bien sûr, tous ces comportements monolithiques sont « différents » de ceux des personnes privilégiées. « Rendre autre »(2) est un processus qui permet aux Personnes Privilégiées® de considérer les personnes marginalisées en tant qu’inférieurs, ce qui justifie les comportement discriminants et stigmatisants à leur encontre. Ainsi naturellement, il est impératif pour une personne marginalisée de faire comprendre que son groupe est aussi diversifié, que ce soit en expression ou en expérience, que celui des Personnes Privilégiées®.

Tu peux jouer sur cette corde, en les alarmant et les insultant en sous-entendant que tu penses qu’ils homogénéifient leur propre groupe.

Il est aussi efficace de leur suggérer que leur expérience est sans valeur parce qu’elle ne correspond pas à celle de tout le monde – en particulier de ceux dont tu as décidé de favoriser l’expérience, expérience qui supporte, dans ton esprit, tes préjugés. Cela est rabaissant et offensant à l’extrême, car tu es essentiellement en train de nier leur réalité. Les expériences personnelles des gens leur sont importantes, donc il est assez probable qu’ils continueront à les défendre et à chercher à les « prouver » face à ton exigence de précision – tout en étant de plus en plus blessés et énervés – pendant que tu pourras te prélasser, satisfait de savoir que tu les as plongé en état de détresse.

Tu avances bien sur le chemin de la victoire!

A Moins Que Tu Puisses Prouver Que Ton Opinion Est  Répandue Je Ne La Croirais Pas (VO: Unless You Can Prove Your Experience Is Widespread I Won’t Believe It)

Tu les a piégé avec brio dans une situation inextricable: nous avons déjà établi que l’expérience est diversifiée et que ce n’est pas juste parce que certaines personnes font partie d’un même groupe marginalisé, que cela signifie qu’ils ont tous les mêmes pensées, ressentis, et expériences. Ainsi sachant ça, tu peux rendre essentiel qu’une des conditions de ton adhérence à leur discours soit qu’ils DOIVENT prouver que ce qu’ils clament est définitivement représentatif de la majorité de leur groupe. Ce qui est vraiment génial avec cet argument est que si, à ce moment, tu les as tellement énervé et frustré qu’ils ne prêtent plus correctement attention à leur langage et qu’ils disent quelque chose que tu pourras facilement déformer de façon à ce que ça signifie qu’ils parlent pour « toutes » les personnes de leur groupe, tu pourras juste revenir au point précédent « Ton Expérience Ne Représente Pas Celle De Tout Un Chacun », et tout recommencer encore une fois. Tu peux répéter ces 2 arguments autant de fois que tu le souhaites! En fait, c’est même hautement recommandé car cela décuplera des sentiments de colère et de frustration chez eux, et ensuite tu pourras leur sortir « Tu Prends Les Choses Trop A Cœur » ou « Tu Deviens Hostile »!

(…)

Eh Bien, Je Connais Une Autre Personne De Ton Groupe Qui N’est Pas D’accord! (VO: Well I Know Another Person From Your Group Who Disagrees!)

Cet argument est fantastique, à sortir lorsque tu te sens coincé-e. Si, par exemple, la personne marginalisée commence à être convaincante et que tu commences à éprouver le sentiment désagréable d’avoir tort à propos de quelque chose, juste fais appel à ton ami – ton ami noir, ou ton ami trans, ton ami avec une maladie mentale, ou ton amie prostituée, et exprime de manière véhémente comment ils supportent complètement et de façon stridente tes opinions sur ces sujets. Bien sûr, tu dois faire comme si tu n’avais aucune conscience des préjugés internalisés et de comment tes amis pourraient être affectés par la discrimination pratiquée par les Privilégiés®. Et, comme établis aux étapes précédentes, il est impératif que tu nies la diversité des expériences tout en ayant l’air de la supporter. Après tout, ton ami est la preuve qu’il y a des opinions différentes au sein de ce groupe marginalisé, mais le fait qu’ils soient d’accord avec toi signifie que tu n’as pas à donner le moindre crédit à des idées alternatives aux tiennes, et certainement pas à celles de la personne marginalisée en question. En plus, cela te donne cette petite étiquette pratique de progressiste – tu vois, toutes leurs accusations de racisme/sexisme/validisme/etc sont totalement sans fondement puisque tu as des amis représentatifs de ce groupe, ce qui montre à quel point tu es ouvert d’esprit et super cool! Tu sais quel est le meilleur dans tout ça?

L’ami n’a même pas à exister!

C’est vrai, l’ami peut n’être rien d’autre que le fruit de ton imagination, inventé pour t’apporter un peu de renfort au besoin! Comment la personne marginalisée va-t-elle le prouver de toute façon! Ils pourront avoir leurs doutes mais c’est loin d’être des preuves solides.

Tu prends définitivement de l’avance dans ce jeu!

Tu As Une Conscience Fausse (VO : You Have A False Consciousness)

Pendant une conversation, il y a peu de choses qui sont vues aussi dégradantes, enrageantes, et blessantes, que de dire à quelqu’un que ses expériences sont fausses, ou que sa perception de lui-même l’est. L’idée derrière cet argument est qu’habituellement les personnes opprimées le sont simplement bien trop pour savoir qu’elles sont opprimées, et que donc les Personnes Privilégiées® doivent partager leur sagesse et avis avec elles. Cet argument englobe un nombre important de problématiques affectant les femmes : les femmes qui apprécient de s’habiller de manière féminine conventionnelle (elles sont aux prises de la construction patriarcale de la féminité et sont donc incapables de faire un choix), les femmes qui sont coquines, qu’importe le genre de la personne qu’elles draguent (elles sont aux prises de la construction patriarcale des rôles genrés et sont donc incapables de faire un choix), et les travailleuses du sexe qui prétendent apprécier leur travail et/ou le pratiquer en toute autonomie (elles sont aux prises de la construction patriarcale de la sexualité féminine et sont donc incapables de faire un choix). Mais cela affecte aussi les Personnes Possédant des Handicaps, à qui on dit couramment qu’ils ne comprennent pas ce qui est mieux pour eux, et qu’ils ont besoin d’une Personne Privilégiée® pour prendre des décisions à leur place. Les Personnes Possédant des Handicaps ne  sont pas capables de prendre une quelconque décision pour leur propre protection. Rappelle-toi de bien réitérer cet argument : « c’est pour ton propre bien ».

Avec la communauté trans*, tu dois continuellement nier leur identité de genre, en faisant comme si leurs expériences étaient celles de quelqu’un du genre qu’il leur a été attribué à la naissance. Par exemple, nier la réalité de la dysmorphie de genre signifie que tu peux dire à une femme trans* que ses expériences pendant l’enfance étaient celles d’un petit garçon, parce que c’est ainsi qu’elle a été élevée, et ainsi propager ta croyance que sa réalité en tant que petite fille était fausse, tout en la piétinant.

Dans les querelles à propos de la race, cela prend une forme légèrement différente, généralement des personnes blanches disant à des Personnes De Couleur qu’elles « voient du racisme, là où il n’y en a pas ». Toi, au contraire, es « aveugle aux couleurs » et vit dans des temps « post-raciaux ». Ce sont eux qui pensent que tout est une question de race et que leurs expériences de racisme dans leur vie de tous les jours sont simplement imaginées. Si seulement ils pouvaient lâcher prise, le monde entier vivrait en harmonie post-raciale!

Tu veux réellement ignorer n’importe quelle remarque qu’une personne marginalisée pourrait faire, basée sur la recherche, la déconstruction, et la révélation de ces problèmes. Tu veux aussi nier leur autonomie. Il y a peu de choses aussi horripilantes pour une personne adulte que de l’infantiliser et de lui dire qu’elle est en pleine hallucination à propos de sa propre réalité. Mais ils ont besoin de comprendre que malgré tout, tu connais plus que tout le monde.

Tu N’as Pas L’Esprit D’équipe (VO : You’re Not Being A Team Player)

Déplacer la responsabilité est très important dans ces débats. Tu ne veux jamais avoir à porter la responsabilité du mal et de la détresse causés, et tu ne veux définitivement pas admettre tes préjugés ou ta bigoterie. Tu veux aussi que la personne marginalisée soit constamment consciente de l’importance de sa marginalisation, et comment elle sera toujours aussi forte (si bien sûr elle t’en laisse la chance – mais c’est ce à quoi sert le Privilège®, après tout!). Tu peux t’assurer d’atteindre ces deux buts en accusant la personne marginalisée de ne pas être juste, ou de ne pas avoir l' »esprit d’équipe » (i.e.: toi et toutes les autres Personnes Privilégiées® qui te soutiennent). « Allez », tu diras, »on fait tous de notre mieux pour participer à ce raisonnable et impartial débat. Tu ne joues pas le jeu. Tu essayes de provoquer une bagarre. Tu es en train de tout ruiner pour le reste d’entre nous! ». En d’autres mots : si tu fais et dis juste exactement tout ce que nous, les Personnes Privilégiées®, exigeons de toi, la vie serait tellement plus facile. Pour moi. Pour toi, ben, qu’est-ce qui t’as donné l’impression que je te prêtais la moindre attention?

Cette tactique combine plusieurs des points sus-mentionnés : Tu Prends Les Choses Trop A Cœur, Tu Argumentes Avec Des Opinions, Et Non Des Faits, et Tu As Une Fausse Conscience, et permet que la personne marginalisée se sente acculée. C’est super d’acculer quelqu’un, en particulier quelqu’un qui fait déjà face à tant de marginalisation chaque jour de sa vie. Cela renforce son sentiment d’être isolé, sentiment qui lui causera détresse et perturbation, et qui affaiblira son point de vue. Utilise cette tactique avec juste le petit ton condescendant qui va bien, et cela la fera sortir de ses gonds…

Notes:

(1) Référence ici au sophisme de l’épouvantail

(2) Traduction du processus « Othering »

Advertisements

4 thoughts on “Détourner La Conversation Pour Les Nuls : Représailles

  1. Ping : Johanna (bb_lu56) | Pearltrees

  2. Ping : Détourner La Conversation Pour Les Nuls ...

  3. Ping : Feminist Bashing | Pearltrees

  4. Ping : L'Art du Débat | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s