L’homophobie expliquée aux noirs

Aujourd’hui, je vais essayer de couper court aux bêtises que les noirs aiment raconter sur l’homosexualité. Oui, j’apostrophe ainsi parce que. Si ça ne vous plaît pas, vous sautez et vous calez en l’air. Que vous soyez antillais, afro-descendants, afropéens, africains, que sais-je encore comment vous voulez qu’on vous appelle, votre homophobie a un discours spécifique qui ne recoupe pas toujours celui des whites, et auquel il faut enfin répondre sans tomber dans un néo-colonialisme ou un racisme primaire (comme certains, suivez mon regard).

Ce texte n’aura pas pour but de vous rendre moins homophobes (bon si un peu…c’est que nombre avouent l’être sans concession). Mais surtout de remettre les pendules à l’heure sur quelques définitions. Car on ne peut comprendre, si on se méprend sur les définitions.

Donc à un moment, oui il faut parler de l’homophobie dans notre « communauté », pas pour dire qu’il est pire qu’ailleurs (ce qui est juste un bête stéréotype raciste) mais pour répondre aux phrases qui reviennent souvent comme ici, ici, ou encore ici (entre autres…Attention, gros trigger warning pour ces liens!).

Donc cet article simplifié s’adressera comme une sorte de F.A.Q pour réfuter la plupart des croyances obscures que les noirs se font sur les thématiques LGBTQ qui reposent souvent juste sur des incompréhensions des termes utilisés. Donc tout d’abord, quelques définitions à noter en gras :

  • Homosexualité : Orientation sexuelle vers le même sexe. Une personne homosexuelle est une personne qui ressent une attirance sexuelle seulement pour des personnes de même sexe qu’elles.
  • HétérosexualitéOrientation sexuelle vers le sexe opposé. Une personne hétérosexuelle est une personne qui ressent une attirance sexuelle seulement pour des personnes du sexe opposé.
  • LGBTQ : Lesbienne-Gay-Trans-Queer. Une personne lesbienne est une femme attirée par les femmes, Une personne gay est un homme attiré par les hommes. Une personne bisexuelle est une personne attirée par les deux sexes. Une personne trans est une personne qui ne se reconnait pas dans son sexe de naissance(3). Une personne queer est une personne non  hétérosexuelle.
  • Homophobie : Oppression visant à discriminer l’homosexualité comme orientation sexuelle inférieure. En simplifié, une personne homophobe est une personne qui par ses actes/propos maintient cette hiérarchie, de l’homosexuel inférieur à l’hétérosexuel, par exemple en leur refusant les mêmes droits et/ou ayant un traitement moins favorable, déshumanisant envers eux.

Donc maintenant, qu’on a posé le cadre *à moins que vous ayez déserté déjà, car trop parler, c’est maladie pour certains*, on peut répondre aux affirmations qu’on entend souvent ici dehors. Je vais aller volontairement des plus idiotes aux plus complexes.

Les homosexuels sont des pédophiles

Les pédophiles sont des personnes attirées sexuellement par des enfants. On a vu la définition de ce qu’était un homosexuel, et on peut voir qu’il n’y a rien sur les enfants. Donc ça n’a strictement rien à voir. Être homosexuel n’implique pas être pédophile, et vice versa.

Les homosexuels sont dégoûtants : ils aiment se faire prendre par l’anus, iiiich!

Alors souvent, ce genre de réflexion viennent des hommes noirs qui sont particulièrement virulents envers les relations sexuelles entre gays. Mais comme on l’a vu, les personnes homosexuelles ne sont pas que les gays. C’est ignorer pour sûr les lesbiennes (Comment font-elles sans bite, tiens?). De plus, c’est une hypocrisie sans nom d’être contre la sodomie pour les gays, et ne trouver rien à redire quand l’anus à fourrer appartient à une femme. Bref, lier pratique sexuelle et orientation sexuelle, c’est un échec de logique. Comme tous les hétéro ne sont pas fans de la sodomie, c’est pareil chez les homos.

Les homosexuels ont des mœurs plus légères, ne sont pas stables, et apportent le SIDA.

Dans une société occidentale où avoir un sexfriend, c’est être in, et dans le contexte africain où « avoir plusieurs bureaux »(4) est une norme, je ne comprends pas qu’on puisse faire porter le stigmate des mœurs légères et de la non-stabilité uniquement sur les homosexuels. Beaucoup d’africaines partent même du postulat qu’un homme ne peut être fidèle : pourquoi vouloir d’autres standards pour les gays?

Nombreuses familles acceptent en silence les « enfants du dehors » découverts des fois des années plus tard, trahison du père qui génère beaucoup de souffrance pour la famille officielle mais aussi secret trop lourd pour la famille cachée, dont les enfants ressentent l’abandon du géniteur. Et ces hommes là n’en sont pas moins considérés stables et respectables. Ces mêmes hommes qui ne se dérangent pas à aller coucher dehors, sans parfois se protéger, sont aussi condamnables d’apporter le SIDA

Mais seules les personnes homosexuelles seraient des personnes légères. Ce qui est d’autant plus injuste avec ce préjugé, c’est qu’on leur reproche leur non-stabilité, alors qu’étant discriminées et traités comme des pestiférés (encore plus dans la plupart des pays africains), en plus d’être minoritaires, ils n’ont que peu d’opportunités de trouver un compagnon. C’est donc l’homophobie qui tue les chances qu’ils pourraient avoir de rencontrer quelqu’un-e pour partager leur vie, et être finalement « stable ».

L’homosexualité est contre-nature, elle n’est pas normale!

La nature…Il se passe beaucoup de choses dans la nature, hein. Non dans la nature, il n’y a pas que des liaisons mâle-femelle. Les comportements sexuels autres qu’hétérosexuels y sont aussi présents, notamment chez les dauphins. Je te vois venir, avec ton argument de la non-reproduction…Didonc, toi aussi, arrête ta mauvaise foi là! Quand tu baises là, c’est toujours pour la reproduction?! La fellation, ça reproduit? Le cunnilingus, ça reproduit?! Faut arrêter ça. En plus, même si souvent dans les cultures noires, ne pas avoir d’enfants est limite sacrilège, on est pas obligé de se reproduire non plus.

Il n’y a pas d’homosexuels noirs, il n’y a pas d’homosexuels en Afrique

On peut faire semblant qu’ils n’existent pas, mais c’est juste faux. Sinon, ce mariage n’aurait jamais pu avoir lieu…

Non mais ça…les noirs qui sont homosexuels sont juste des aliénés : ils veulent faire comme le blanc…Et de toute façon, l’homosexualité est non-africaine, ça ne vient pas de chez nous!

Ceci est l’argument qui revient de façon très récurrente, et auquel il est le plus crucial de répondre. Plusieurs pensées amènent ce propos…

On peut comprendre – à juste titre – le besoin des populations noires, que ce soit de la diaspora ou sur le territoire africain, de vouloir se rattraper à une histoire et un bagage culturel que la civilisation occidentale a pris soin de cacher et/ou détruire. Oui, c’est compréhensible de vouloir essayer d’effacer des traces d’aliénation de nos esprits. Mais c’est pas pour autant qu’il faut être sélectif dans sa mémoire : de nombreuses habitudes sont venues du contact avec les blancs, comme par exemple le christianisme, et personne ne se dépêche d’éliminer ces pratiques religieuses (notamment avec certaines églises Born Again souvent guidées par des charlatans escrocs).

L’idée de l’homosexualité comme aliénation occidentale a fait son chemin, tout simplement à cause du rapport de pouvoir existant entre blanc et noir, et de comment certains ont pu être forcés à des relations homosexuelles pour de l’avancement économique. Mais ça, ça n’a rien à voir avec l’homosexualité. Plus à voir avec la pauvreté et qui a l’argent.

Si certains ne contestent pas le fait homosexuel (cad que certaines personnes puissent être attirées par des personnes d’un autre genre que celui du sexe opposé), ils en contestent la manifestation, en soulignant que le couple homosexuel n’a jamais été une réalité en Afrique. Mais d’abord c’est quoi un couple homosexuel? S’il n’y a pas de traces de couple homosexuel en tant qu’amants et formant une famille en même temps, certaines pistes laissent penser que des couples de même sexe pouvaient élever des enfants ensemble, ou que les relations sexuelles entre personnes de même sexe n’étaient nullement réprimandées (lire ici et ici en anglais). En fait en suivant ces pistes, on peut se rendre compte qu’il y a beaucoup plus de chances que l’homophobie généralisée fut transmise via la colonisation et le christianisme, que via les « traditions africaines » qui ont elles-mêmes leurs propres normes de genre, de sexualité, et d’organisation de la famille.

En conclusion, si on discrimine les homosexuels, c’est parce qu’on le veut bien, et non parce que « ce n’est pas dans la tradition ». Après, il ne faut pas se plaindre quand nous sommes nous-mêmes victimes de discrimination parce que noirs.

Mais quand même, comparer racisme et homophobie…On va où là?!

Je ne suis pas pour la comparaison d’oppressions à tout va. Même si elles aident à faire comprendre parfois l’injustice, elles ont leurs limites, et lorsqu’elles sont non pertinentes, aggravent la situation. Néanmoins, je pense qu’il est quand même intéressant de noter que, même s’il n’y a pas eu un esclavage tel que l’a permis la traite négrière envers les homosexuels, eux-aussi ont été persécutés pendant la Seconde Guerre Mondiale (et non seulement les juifs).

Bon laisse nous avec les homos! En Afrique, le plus important, c’est la pauvreté, hein.

Ce n’est pas parce qu’il y a plusieurs autres problèmes que celui-ci n’en est pas un. Si les gens ne peuvent pas manger, on doit cautionner le meurtre, et ne pas lutter contre? Comme dans plusieurs autres contextes, cet argument est un non-argument. Car si tu ne veux pas t’occuper du problème, tu peux aussi passer ton chemin, et éviter de perdre du temps à participer à des actions comme celles-ci (comme par hasard, là on a du temps).

Je m’en fous, je reste contre l’homosexualité!

Grand bien t’en fasse (ou pas), mais être contre l’homosexualité ne veut rien dire. C’est une orientation sexuelle, ça existe au même titre que le ciel existe.Tu peux souhaiter que celle-ci ne s’exprime pas (cachez ce que je ne saurais voir), que les personnes homosexuelles soient tuées, etc…Et cela fait de toi un homophobe. Assume seulement cette homophobie, le sang  qui vient avec, et les vaches seront bien gardées!

Et non, je ne suis pas les’ (et même si c’était le cas, ton problème même, c’est quoi?)

Pour aller plus loin (EDIT):

  • Une tribune de Samir El Marouf, intitulée « Africanité et homosexualité : de la nécessité d’une lex sexualis africana » [X]
  • Une série d’articles sur l’homophobie chez les noirs, au travers des vidéos d’un jeune gay noir américain décryptées par le Nègre Inverti [X]
  • Une traduction par alfred melanine, d’un texte de bell hooks, intitulé « De l’homophobie dans les communautés noires américaines », extrait de son livre « Talking Back : Thinking Feminist, Thinking Black » (Cambridge : South End Press, 1989) [X]
  • L’introduction de la revue « Politique Africaine » n°126 concernant « La question homosexuelle et transgenre » [X]
Advertisements

25 thoughts on “L’homophobie expliquée aux noirs

  1. Et moi j’en ai marre que l’on compare le racisme à l’homophobie deux discriminations certes mais qui n’ont rien à voir.

  2. Ping : Séjour au Cameroun de Décembre 2013 : retour aux sources? | Ms. DreydFul

  3. Ping : Bilan 2013 | Ms. DreydFul

  4. hello je suis contente de cet article car bien souvent quand j essaie de lutter contre les lgbtphobies et le sexisme auprés des africains etc je me fais taxer de raciste automatiquement….un exemple de sexisme avec la vidéo d une belge qui a filmé des harcélements de rue http://www.youtube.com/watch?v=TazhIzP5cx8
    aprés ce reportage elle c est évidemment fait traiter de raciste….

    • Bonjour,

      Il faut lutter contre le sexisme et les lgbtphobies, mais sans être raciste. Etes-vous sûre (toujours) d’analyser votre propre privilège quand vous le faites? Il ne faut pas se dédouaner si facilement du fait d’être raciste, comme si l’accusation était toujours injuste.
      Le féminisme et la lutte contre les lgbtphobies étant souvent raciste dans les mouvements courants, cela m’a poussé à écrire ce texte *alors que je ne suis pas forcément bien placée pour*.
      Quand vous me montrez la vidéo de Sofia Peteers, vous prouvez effectivement que vous ne faites pas spécialement attention votre privilège blanc. Cette vidéo pour moi a un biais classiste et raciste important, puisqu’en ne se concentrant que sur le harcèlement de rue de ces catégories d’homme, on perpétue le stéréotype qui voudrait que le sexisme soit surtout chez les hommes racisés et/ou de condition sociale.
      Certaines réactions à cette vidéo ont montré combien la vidéo validait leur préjugé raciste/classiste. Je trouve donc aussi que la vidéo a aussi des retombées racistes non négligeables (qui auraient pu être évitées). La réalité est complexe, et il faut savoir penser à toutes les oppressions, lorsqu’on veut en dénoncer une plus particulièrement.

      • je reconnais que dans le féminisme y a du racisme aussi car elles sont de droite aussi mais il y en a de gauche ,
        quand aux lgbtphobies la je suis pas d accord car a la base tout lgbt (sauf exeptions) n est pas raciste ni pro extréme droite , ca reviendrait a scier la branche sur laquelle on est assise , de toute facon l homophobie n est pas l apanage de l africain y a qu a voir le nombres de suicide chez les ados homo pour comprendre ; j ai un ami homo qui se promenait dans les marais avec son copain main dans la main ils croisent des nord africain qui leur disent sale pédé ils leur répondent sale arabe non pas par racisme mais pour leur faire comprendre qu ils viennent de faire de la discrimination tout comme les racistes le font avec eux. il est malheureusement un fait aussi que quand je me proméne avec ma copine dans certains quartiers je ne lui tient pas la main tout comme j en ai le droit
        j ai des amies lesbiennes et africaines , elles me disent souvent de vivre un calvaire etant rejetées chez elles car elles sont lesbiennes et rejetées chez nous car elles sont noires

        pour la vidéo :mais comment régagisserez vous face a du sexisme comme ca ??? faut leur dire ah oui je suis d accord je suis une pute ?? y a du sexisme partout je suis d accord, Le fait est que la population nord africaine a un soucis avec les femmes privilège ou pas , quand il s agit de drague forcée par exemple malheureusement je l ai assez vécue pour dire ca….

        • Mars Lea,

          Votre nouveau commentaire confirme mes doutes. Vous ne comprenez pas que le racisme est une oppression comme les autres, systémique et non lié aux individus seulement.
          Etre de gauche ou de droite n’a pas vraiment de pertinence : cela n’empêche pas d’être raciste. Pareil : renseignez-vous sur la lutte de lgbt de couleur, personne ne dit que toute personne queer est raciste mais que les mouvements le sont pour la plupart. D’ailleurs vos amies lesbiennes africaines vous expriment bien la position intersectionnelle dans laquelle elles se trouvent (et donc le racisme toujours possible des blancs, qu’ils soient femme, homo, ect…).
          Pour votre anecdote, je trouve ça particulièrement intolérable de répondre à l’oppression par l’oppression, donc non, votre ami homo a émis un propos raciste (bien que réagissant à l’homophobie), et ce n’est pas acceptable (l’excuse « pour faire comprendre » n’est pas recevable). Je peux avoir de l’empathie pour l’oppression que vous devez subir en tant que lesbienne, mais je pense que vous ne pensez pas à votre privilège en tant que blanche.
          Avant de commenter plus avant sur ce blog, je vous conseille de passer par la page avant-propos et de lire les différents liens.

          Quant à la vidéo, j’aimerais que chaque blanche arrête de répondre « Mais on doit alors accepter le sexisme des non-blancs? », lorsqu’on leur fait remarquer qu’encourager les stéréotypes racistes n’est pas une bonne idée. Si vous ne savez pas lutter contre le sexisme et l’homophobie sans être raciste, oui il faut peut-être laisser tomber. Dire que les hommes nord-africains ont un souci avec les femmes, c’est perpétuer le stéréotype raciste que les hommes non-blancs sont plus racistes que les blancs. La plupart des hommes sont sexistes, quelque soit leur race. Donc arrêtez de stigmatiser la population nord-africaine en particulier : DSK n’était pas nord-africain, les gens sifflant pour une robe, ou faisant des bruits de poule à l’Assemblée ne sont pas nord-africains, Guillaume Pley n’est pas nord-africain.
          Le sexisme est un problème global, donc non, vos préjugés racistes n’ont pas lieu d’être.
          Veuillez vraiment vous éduquer sur le racisme, et comment ne pas le perpétuer.

  5. Je ne suis pas d’accord avec le début.

    « Homosexualité : Orientation sexuelle vers le même sexe. Une personne homosexuelle est une personne qui ressent une attirance sexuelle seulement pour des personnes de même sexe qu’elles.

    Hétérosexualité : Orientation sexuelle vers le sexe opposé. Une personne hétérosexuelle est une personne qui ressent une attirance sexuelle seulement pour des personnes du sexe opposé. »

    Être homo, hétéro, bi, n’est pas être attiré SEXUELLEMENT par une autre personne de (même, l’autre, les deux) sexe(s). Ça ne revient pas toujours au sexe. Un gay avait dit un jour, je ne suis plus sûr de chaques mots, mais ça donnait ça « J’en ai marre que l’on dise homosexuel-le, parce que on aime aussi d’abord. C’est pour ça que je dis Homophile, parce qu’on est pas des gens qui voulons pas que coucher avec celle ceux par qui nous somme attiré. »
    Il le disait mieux.
    Être hétéro, bi, homo, c’est aimer des gens. Être un-e homo, bi, hétéro, obsédé-e sexuellement, c’est être attiré-e par le (même, l’autre, les deux) sexe(s) sexuellement. Là on peut le dire, ouais.

    Je ne sais pas si je suis clair, mais ce que je veux dire, c’est que de ramener les homos, bis, uniquement à leurs sexualité, c’est véhiculer des clichés qui me semble leurs faire bien du mal. Un-e homo, Un-e bi aime, et c’est d’abord ça qu’il faut voir.

    « c’est une hypocrisie sans nom d’être contre la sodomie pour les gays, et ne trouver rien à redire quand l’anus à fourrer appartient à une femme. Bref, lier pratique sexuelle et orientation sexuelle, c’est un échec de logique. »

    Ce n’est pas un échec de logique, c’est de la mysoginie. Les mecs sont d’accord de fourrer l’anus d’une femme parce que c’est un OBJET de plaisir, qu’ils ne la considère pas, mais un mec! Un des leurs! Naaaaaan. Pas bien. Il ne doit pas ce faire HUMILIER comme ça. Parce que pour eux, sodomiser la femme, c’est l’humilier.

    • Bonjour LaFay,

      Je reste sur mes définitions de l’homosexualité et de l’hétérosexualité, car il s’agit bien d’attirances sexuelles pour les DEUX cas (contrairement à ce que tu dis, il ne s’agit pas de lier les homosexuels au sexe, puisque je définis l’hétérosexualité pareillement). Le mot qui te manque ici est l’orientation romantique (et il ne faut pas mélanger les 2 ou c’est priver les personnes asexuelles de vocabulaire, et lier faussement sexe et sentiment).

      Plus d’informations ici : http://asexualite.wordpress.com/orientations-aromantiques/

      Donc, oui les homosexuels peuvent aussi avoir des sentiments romantiques comme les hétéros, je ne le nie nulle part. Mais homosexuel comme hétérosexuel, nous pouvons ne pas avoir de sentiment romantique non plus.
      Donc je reste sur mes définitions, car il s’agit bien de traiter de sexualité.

      Quant à la sodomie, oui en effet, on peut parler de misogynie.

      • Article intéressant! J’ai appris quelque chose aujourd’hui, en tout cas.

        Par contre j’aimerais faire remarquer que ça serait mieux de parler d’attirance pour un genre plutôt que pour un sexe. Je pense que même pour l’attirance sexuelle (à distinguer de l’attirance romantique, je suis d’accord) on est surtout attiré•e par une certaine idée de « masculin » et « féminin ». (et « attirance pour un sexe » a été très critiqué pour un certain nombre de raisons)

        Aussi ça aurait été sympa d’inclure les bis (qui ont aussi des problèmes d’homophobie et de biphobie… Eh oui on n’est pas des licornes!)

        • Bonjour Lou,

          Je suis contente que l’article vous ait plu :)*

          Pour l’utilisation du mot genre, je sais que c’est la plus appropriée mais j’ai volontairement utilisé le mot sexe pour déjà vulgariser l’idée. Je ne voulais pas introduire la notion de genre, ce qui aurait fait lourd et complexifié encore plus l’article *que je voulais relativement simple de style FAQ*, même si je suis bien d’accord avec vos remarques et critiques.

          Je comprends et entends aussi vos remarques sur la bisexualité. Toujours dans un souci d’introduction simple, je n’ai pas voulu aborder la biphobie et la transphobie. Mais je comprends tout à fait la frustration de la non-inclusion *à raison* : j’essayerais de veiller à faire un follow-up sur ces deux questions, toujours d’un point de vue afro (déjà un petit dossier en vue d’une synthèse d’articles de personnes qui en parleront mieux que moi :)).

          Merci de vos remarques.

      • Du coup, pour être plus précis sur le romantique/sexuel, les orientations sexuelles et romantiques ne vont pas forcément ensemble, il y a des personnes hétéroromantiques et homosexuelles, ou bisexuelles mais hétéroromantiques, etc.
        Il y a aussi des aromantiques homo/bi/hétéro/pansexuels, des asexuels homoromantiques, etc.

        Ceci dit, je comprends bien que vous ayez préféré ne pas en parler. Moi-même j’essaye d’écrire des articles pédagogiques, et je me rends compte que pour beaucoup de gens pas ou peu déconstruits, ça fait « trop d’un coup » (et qu’en plus là c’était pas vraiment le sujet principal), même en expliquant tout de manière bien compréhensible.

  6. Tout d’abord je voudrais dire que je te trouve particulièrement courageuse d’aborder ce sujet plutôt connoté.
    En second, je me permets de me poser des questions quant à sa pertinence. Existe-t-il vraiment un type d’homophobie spécifique aux noirs ? J’étais curieuse de voir comment tu allais te dépatouiller de ça.
    Je remarque que sur toutes les affirmations que tu cites, deux sur neufs peuvent peut-être apparaitre comme spécifiques aux noirs (la 5 et la 6), le reste étant tout aussi valable chez les blancs homophobes.

    Là où il me semble qu’il y a un gros problème, c’est quand tu affirmes que c’est à cause du christianisme que certains noirs sont homophobes.
    Il ne m’apparait pas évident que ces noirs homophobes le soient parce que chrétiens. Il semble que c’est précisément dans les territoires investis par le christianisme que l’homosexualité est plus particulièrement acceptée, (Europe, Amérique du nord et du sud). Je ne vois pas trop le lien christianisme/homophobie…

    • Merci, le sujet est en effet un champ miné!
      En fait, il n’existe pas d’homophobie typique aux noirs, je précise juste que le discours peut avoir certaines variations qui me semblent importantes à prendre en compte. Même si en effet, certaines de ces affirmations peuvent être aussi prononcées par des blancs, si tu regardes comment j’y réponds, je prends en compte un référentiel plus proche d’une « réalité noire » (à mettre entre guillemets, au vu de variations entre cultures noires).

      Par exemple, je n’ai pas forcément plus développé le point 2 mais j’ai l’impression qu’il est bien plus présent chez les hommes noirs hétéros, à cause de la construction antiraciste de la virilité noire masculine sur laquelle le mouvement des droits civiques et le mouvement panafricain ont mis une emphase.
      *Il me semble que le Negre Inverti en parle très bien dans un de ces articles*

      Par contre, je n’affirme pas que TOUTE l’homophobie noire est liée au christianisme, mais elle l’est dans certains cas.
      Ensuite, tu oublies de voir que la position de l’église catholique est bien homophobe, et que c’est via le colonialisme que ce christianisme-là s’est propagé massivement *les cahiers de missionnaires témoignent de l’homophobie et de leur envie de voir les noirs à instruire rentrer dans des moeurs acceptables*.
      Aujourd’hui, beaucoup de noirs s’accrochent effectivement à l’idée de péché pour discriminer les homosexuels (voir un exemple dans le dernier lien des articles homophobes), et le continent africain est beaucoup plus croyant que la vieille Europe où l’athéisme (ou au moins, une autre manière de voir sa foi chrétienne) progresse.
      Si tu prends le cas de USA, tu peux voir que c’est le protestantisme est très largement répandue. Or le protestantisme, c’est d’abord le refus du dogme et penser soi même en utilisant la Bible directement : il est donc plus évident de prendre un recul par rapport à certaines positions homophobes de l’autorité catholique.
      Pour faire court, c’est parce que l’Europe ou les USA prennent leur distance avec la position originelle catholique, que l’homophobie recule. L’Afrique noire – qui hérite tout juste de ces croyances – n’a pas encore eu le temps de prendre ce recul.

  7. Je me permets de revenir aussi sur ce passage, « Didonc, toi aussi, arrête ta mauvaise foi là! Quand tu baises là, c’est toujours pour la reproduction?! La fellation, ça reproduit? Le cunnilingus, ça reproduit?! Faut arrêter ça. En plus, même si souvent dans les cultures noires, ne pas avoir d’enfants est limite sacrilège, on est pas obligé de se reproduire non plus. »

    Je suis désolée mais dans la loi concernant le mariage pour tous, un des droits réclamé par la communauté homosexuelle n’est-il pas l’ADOPTION? je conçois pertinemment que lorsqu’on « baise » ( pour reprendre ton propos) il n’est pas tjrs question de reproduction hétéro ou homo c’est clair! mais je vous demanderais aussi d’arrêter la mauvaise foi comme vous le signalez. Car les homos quand bien même ils ne couchent pas uniquement pour une reproduction, ont également cette envie d’avoir des enfants. Ils l’ont réclamé et aujourd’hui ils ont le droit d’adopter. Donc pour moi cela invalide complètement votre argumentaire sur le fait qu’on est pas obligé d’avoir des enfants car ils ont réclamé se droit n’est-ce pas? donc les homos ont aussi cette envie de reproduction par la voie de l’adoption CQFD
    Je trouve votre explication pas très fournie sur cette question qui revient régulièrement lors des débats. C’est juste mon avis hien…

    • Je n’ai pas parlé de l’adoption, mon article est une sorte de FAQ donc forcément imparfait, il n’a pas vocation à répondre à toutes les questions.

      L’argument n’était pas de dire que « On est pas obligé d’avoir des enfants », mais si vous relisez, de dire que « l’homosexualité est aussi naturelle que l’hétérosexualité ». La question d’adoption n’a rien à voir dedans.
      Mais puisque vous en parlez, je pense qu’il faut surtout arrêter de faire le lien entre sexualité et élever des enfants. Élever des enfants n’a rien à voir avec les porter, et ainsi pourquoi l’adoption ne leur serait pas permise comme tout couple dans l’impossibilité de concevoir? Si certains ont effectivement envie d’élever des enfants par cette voie, je ne vois pas le problème.

      De plus, beaucoup ont réclamé le droit pour une question d’égalité mais non nullement l’intention de l’utiliser : c’est juste une question de droits.
      De la même manière que j’estime avoir droit aux mêmes chances dans un « boulot d’homme » (ex: mécanicien) et lutterais pour, sans forcément avoir l’intention d’exercer un « métier d’homme ».

      • je pense qu’on ne s’est pas bien comprise. Si j’ai parlé d’adoption s’était uniquement pour mettre en évidence que quand bien même les homos ne peuvent pas avoir des enfants entre conjoints de même sexe. Ils peuvent néanmoins avoir cette envie de procréation par la voie de « l’adoption » par exemple ou carrément comme il se fait de nos jours, avoir recours à une mère porteuse/don de sperme. Je ne dis pas qu’ils n’ont pas le droit d’adopter mais qu’ils ont aussi cette envie de procréation comme les hétéros. Pourquoi j’en ai en parlé tout simplement pour te répondre sur ce passage
        (Didonc, toi aussi, arrête ta mauvaise foi là! Quand tu baises là, c’est toujours pour la reproduction?! La fellation, ça reproduit? Le cunnilingus, ça reproduit?! Faut arrêter ça.) donc on peut « baiser » tout simplement par envie et avoir également le désir de procréer autant chez les hétéros que chez les homos.

        Hors régulièrement lors des débats les personnes qui utilisent cet argument que l’homosexualité est contre nature pcq un couple homo ne peut pas avoir des enfants entre conjoints de même sexe selon moi tu n’as pas donné une explication claire à cela à travers cet argumentaire. Donc je reste un peu sur ma faim, j’aurai bien voulu avoir un argumentaire plus convaincant de ta part.Je me trompe peut-être…

        • Ah ok, effectivement je vois où tu veux en venir. Pour toi, j’aurais du plus approfondir le fait qu’on peut avoir l’envie de procréation en étant homosexuel, alors que pour moi il était surtout question de ne pas relier à tout prix procréation et nature en fait…Oui, soit. J’accepte que ce soit incomplet : je n’y avais pas réfléchi comme ça. 😮

  8. Si je peux me permettre ( Mais quand même, comparer racisme et homophobie…On va où là?!)
    J’avoue que je fais parti des personnes qui pensent exactement que la comparaison entre ces 2 causes n’a pas lieu d’être. Vous résumez votre explication sur le fait, que les homos ont été aussi persécuté par les nazis. Je pense ne pas vous apprendre que les noirs africains et antillais ont été aussi déportés par les nazis, n’est-ce pas? (http://florentinejeansueur.webnode.fr/news/africains-et-antillais-les-oublies-des-camps/)

    A mon humble avis, il est temps oui qu’on arrête de comparer ces 2 causes. Pourquoi?
    A l’époque de l’esclavage ou ségrégation, un noir hétéro ou homo avait moins de valeur et de droits qu’un blanc homo. Un blanc homo avait le droit d’utiliser les mêmes toilettes que ces « frères » blancs contrairement à un noir homo. Et que dire du droit de vote, de s’assoir à coté des blancs hétéros dans un bus pendant que les noirs homos étaient relégués à l’arrière? les blancs homos fréquentaient les mêmes écoles que leurs frères hétéros, un blanc hétéro ou homo avait le même droit de vie ou de mort sur un noir homo. Donc un blanc homo pouvait tuer un noir homo sans faire de prison à l’époque, la différence des droits qui existaient à l’époque entre un blanc homo et un noir homo est tellement longue ( en plus je ne vous apprends rien) que je me limite à ces quelques exemples.

    Tous ça pour dire que, j’en ai marre de voir cette comparaison entre la lutte des droits civiques qui a été faites par les noirs et qui est encore en cours et celles des homos à ce jour. Un homo blanc aura tjrs plus de privilèges qu’un homo noir en terme de racisme ou discrimination. Ce qui bien sur ne justifie en rien l’homophobie, mais bon c’était juste mon humble avis sur la question.

    • Oui, je suis d’accord avec toi *d’où le pourquoi je n’aime pas toujours comparer les oppressions* et en effet, les noirs ont subi aussi la déportation nazie…
      Mais il ne faut pas oublier que le mouvement des droits civiques a été aussi en défaut sur les questions d’homophobie, de transphobie et de sexisme.
      Quand je fais cet article, je pense surtout aux personnes noires non-hétérosexuelles qui sont à la croisée du racisme et de l’homophobie, et qui sont alors complètement effacées parce que le racisme, « ça serait pire ». Donc ok avec tout ça mais la différence entre noirs homos et hétérosexuels doit être aussi remise en cause.

    • Pas d’accord avec ce qui est dit là dans ce commentaire, même si je suis d’accord avec l’idée qu’un homo blanc est plus privilégié qu’un homo noir. Mais je trouve que comparer l’homo blanc à l’homo noir ne dit pas si racisme et homophobie se comparent. Pour cela, il faut aussi poser la question de l’hétéro noir et de l’homo noir. Or, il me semble que beaucoup de révolutionnaires noirs furent homophobes et ont tout simplement refusés des homos dans leur rang pour la lutte contre le racisme. Et désolé, mais entre noirs, c’est pas spécialement la grande teuff s’il y a un ou une homo (et encore pire pour un ou une trans…). Dire que le racisme est la pire des choses qui soient, et exclure des gens qui le subissent pour leur sexualité est pour moi une preuve du fait que malgré plein de grands discours « la race ne passe pas avant tout » et que la lutte contre le racisme envers nous tous, n’est pas si primordiale pour beaucoup de noirs hétéros.

      Je pense cependant que les comparaisons d’oppressions sont foireuses, mais l’énergie que mettent beaucoup de noirs hétéros à les refuser en dit long n’ont pas sur l’homophobie ou le racisme en tant que tel, mais sur le fait que pour beaucoup de noirs, comment oser comparer une oppression lié à une truc pas choisi (la couleur) à un truc où soit disant (pour eux) tu « choisirais  » ton vice./style de vie (homosexualité).

      Du coup, alors qu’en fait je suis pas d’accord avec les comparaisons à outrances, les noirs qui refutent avec tant d’acharnement la comparaison m’exaspèrent encore plus. Ils sont juste entrain de dire « ne nous comparez pas à ça ». Cela a plus à voir avec le fait de se sentir comparés aux homosexuels (ces êtres là tu vois) , plutôt que de comparer le racisme à l’homophobie.

      Le principe de comparaison pour des noirs homos peut servir juste à dire ceci aux noirs hétéros: « pourquoi nous traitez vous comme de la merde, alors que nous avons et sommes encore traités ainsi par les blancs. Vous ne savez pas que c’est dur d’être maltraités » ? (en gros).

      Et puis, entre ne pas trouver de taff en subissant du racisme, ou être buté/se suicider/ou virer de chez soi pour sa sexualité ou son genre jugé déviant…excusez-moi mais j’ai du mal à hiérarchiser et à dire ce qui est pire….

      • Ah oui et j’ajoute ceci de très important à mes yeux : à force de répéter que « le racisme et l’homophobie n’ont rien à voir » on invisible le fait que des gens sont concernés par les deux questions, et que pour eux il n’est pas possible de penser l’antiracisme par un prisme hétéro, et les luttes homos par un prisme blanc. Cela les invisibilise. Il y a des spécificités à mettre en avant.

        Et dernière chose : si effectivement, on peut dire que le racisme c’est « pire » parce qu’il y a eu l’esclavage, ou aujourd’hui, une violence d’Etat qui perdure sur les questions de logements, emplois etc, on peut dire « oui, mais on est pas rejeté de sa famille car noir, on se suicide pas généralement car noir, on est pas l’ennemi aux yeux de tous les gens qu’on aime car noir, on est pas sujet à être violé quand on est un mec noir etc ». Bref, quand les gens vivent pas les trucs pour eux c’est rien, mais désolé être un monstre aux yeux de sa famille, ça fait penser au suicide plusieurs fois par jour, et désolé les noirs hétéros et non trans ne connaissent pas ça, donc bon, réfléchissez aussi au fait que y’a pas que le racisme qui fout une vie en l’air. Merci bien.

  9. Voici donc l’article lol : Je n’interviens que sur la la partie sur les couples homosexuels:

    Tu démontes un argument en concédant qu’il est finalement véridique mais que des pistes pourraient laisser croire qu’il ne l’est pas tout à fait et qu’il y aurait beaucoup de chances que l’homophobie se soit développée à la colonisation?
    D’ailleurs, avec ce propos je m’y perds: L’homophobie serait quoi? Le fait de rejeter les pratiques homosexuelles, et/ou la virulence de ce rejet? Et/ou de ne pas les reconnaître socialement le couple homosexuel en tant qu’amants et formant une famille en même temps? Donc dans le dernier cas, tu admets donc que l’homophobie existait donc déjà en Afrique pré coloniale….
    Car si je comprends bien l’article que tu cites toi-même retrace donc les pratiques homosexuelles qui ont existé en Afrique pré coloniale mais n’a donc trouvé aucune trace de couple homosexuel en tant qu’amants et formant une famille en même temps?
    Donc dois-je en conclure que même avec la meilleure volonté et une rigueur scientifique personne n’a donc jamais trouvé de couples homosexuels (amants) socialement admis en Afrique pour une construction familiale? Après on peut toujours pinailler sur la notion de couple mais que ce soit en monogamie ou polygamie il semblerait qu’on cherche encore des exemples.

    En fait, pour moi tu te fourvoies car tu es dans la même veine que les homophobes africains qui disent que l’homophobie africaine actuelle est légitime car elle existait avant l’arrivée des Blancs, tu légitimes cette posture en essayant de montrer que si elle n’était pas présente avant leur arrivée (donc dans nos traditions), elle serait donc illégitime… cela revient à admettre qu’elle le serait uniquement si elle était présente avant les Blancs.

    Or selon moi pour lutter contre l’homophobie on peut rester dans le basique et dire que c’est pas bien parce que c’est mal. Plus sérieusement, je veux dire: mettre en avant que des gens souffrent de ce rejet et que ce n’est pas parce qu’en Afrique pré coloniale cela n’a jamais été socialement accepté comme relation de couple/socle familiale que cela justifie un rejet actuel, que toutes les sociétés sont amenées à évoluer à accepter ou à rejeter des choses et qu’il n’y aurait pas de raison que la société africaine ne subisse pas les mêmes changements…

    Et ton propos selon lequel si on est homophobe, on ne doit pas se plaindre de subir le racisme, c’était une touche d’humour hein?

    • L’homophobie n’est rien de plus que ce qui est dans la définition au début : la virulence n’a rien à voir dedans.
      On peut être homophobe sans être virulent *comme on peut être raciste sans l’être*.
      En fait, le but de cet argument n’est pas de dire que ne pas reconnaître socialement le couple homosexuel comme famille et amants est homophobe, mais justement de remettre en cause les certitudes autour de l’homosexualité absolument taboue et/ou interdite, qui serait non-africaine.
      On ne peut pas établir une homophobie en Afrique pré-coloniale aussi facilement car le couple social ne servait PAS à reconnaître une relation d’amants aussi bien pour les hétéros. Donc il n’y a finalement pas une hiérarchisation en tant que soi puisque le mariage signifiait autre chose (et ceci variant selon les peuples de surcroît!).

      En fait, je ne dis pas que l’homophobie est illégitime car importée, mais qu’il existait tellement d’organisations sociétales différentes autour de la famille et de la sexualité, qu’il est illogique de disqualifier l’homosexualité « qui serait importée ». D’ailleurs, mon premier point pour cet argument commence par le christianisme qu’on ne rejette pas.

      Après je suis aussi d’accord avec ta synthèse, mais je pense qu’il est aussi important de dire que certains arguments – si on veut les pousser à bout dans leur « illogicité » – se retournent contre vous : ça aide à voir l’incohérence.

      Quant à mon dernier propos, disons que c’est une façon de piquer les gens…;) Mais je sais que trop bien qu’il ne va pas de soi de ne pas être oppressif, tout en étant quand même victime de discrimination.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s